1) «Moins d’Etat, mieux d’Etat »=Moins de socialistes dans le Gers

Publié le par Douce de Franclieu

1) Moins d’Etat, mieux d’Etat » ?

Retour à des valeurs de liberté et de responsabilité. Dans le mot responsabilité, il y a la solidarité, on ne demande pas à la Poste publique de s’occuper de sa vieille voisine, c’est cette confusion qui a tué notre humanité et notre espérance depuis 30 ans. C’est à la famille, au voisin, au Maire, puis à l’échelon au-dessus de se sentir responsable de son prochain. Nous devons tous réfléchir vite à notre conception de la solidarité. Nous n’offrons ni morale ni espérance à nos enfants en nous défilant sur toujours plus d’Etat ! Comment s’étonner du taux de dépressions et suicides chez nos jeunes, chez les gens solitaires ou fragilisés ?

Moins d’Etat mieux d’Etat, pour revenir à moins de 3% de déficit public, comme nos amis allemands y parviennent presque, et régler son sort à cette Dette monstrueuse, 20 000 € par Français, sans compter tout ce que je ne sais pas et qui va sortir après les élections ! C’est à appliquer au niveau de Paris, mais aussi au niveau des collectivités territoriales, lors d’un vaste débat que chacun des élus cherche à éviter. Nous avons tous des dizaines d’exemples effarants de gaspillages publics et de clientélisme honteux, proche des républiques bananières. Je propose de les mettre dans un CODE, le seul qu’il faudrait garder…

Cela passe d’abord par la mise en concurrence de l’ENA et la suppression des corps. Regardez la composition de nos gouvernants depuis le dernier budget en équilibre, en 1974, sous Pompidou : des classes entières d’Enarques. Il nous faut des gouvernants qui ont connu l’entreprise. Or nos brillants étudiants veulent, pour les HEC filer chez L’Oréal, pour les Polytechniciens, rentrer dans la Banque. Quand ce n’est pas pour les 2 finir par l’ENA et travailler dans les cabinets ministériels. Tous consanguins.

On n’avancera pas sans une réelle décentralisation, -regardez TOUS nos proches voisins-, une réelle responsabilité des dirigeants des collectivités locales, (regardez Philippe Martin qui attend de ses amis de l’Etat une nouvelle aide pour combler ses 10 millions de dette), de véritables référendums d’initiative populaire, comme dans les cantons suisses. Savez-vous qu’ils ont refusé une 6ème semaine de congés payés par crainte de tomber dans nos excès ???

Nous exigerons la suppression du financement public des syndicats, sans adhérents, politisés et aux comptes opaques. Autant les Anglais que les Allemands ont aujourd’hui des syndicats qui défendent les salariés mais ne font pas de politique. Nicolas Sarkozy aurait dû commencer par cela.

Nous voulons continuer, comme il s’y est employé, la baisse des effectifs des fonctionnaires, (pour rappel, Francis Mer invité en conférence par mon association en 2004, avait parlé de 50000 par an pour arriver au bout de 10 ans à un Etat bien géré. On en est loin !) et imposer définitivement la fin des privilèges de la fonction publique, instituer l’égalité des retraites public/privé. Les fonctionnaires seront mieux managés, mieux payés, mieux formés, plus reconnus et appréciés. Partout ailleurs, les missions de service public sont désormais mises en concurrence et conduites par des acteurs du privé, sous contrôle de l’Etat. Je vous rappelle que personne n’a souffert de la disparition du monopole des PTT et que personne ne souffrira de la fin du car de 60 personnes Tarbes-Auch, vide toute la semaine sauf le lundi matin et le vendredi soir, depuis 50 ans que je le prends. A quel coût et au nom de quelle écologie ?

Il faut réduire de moitié le nombre d’Elus et drastiquement leur train de vie. Introduire la proportionnelle, TOUS les partis doivent être représentés à l’AN- le non cumul des mandats, la fin du statut de fonctionnaire pour tout Elu, comme ailleurs.

Nous lutterons sans pitié contre la mauvais gestion et les fraudes aux allocations sociales et choisiront les mesures qui incitent plus au travail, à la responsabilité, à l’autonomie et au mérite qu’à l’assistanat et à l’incivilité.

Publié dans Gers

Commenter cet article