Des solutions innovantes pour sauver l'école du village et les...

Publié le par Douce de Franclieu

http://www.freefoto.com/images/41/06/41_06_73---Sortie-Ecole-French-Road-Sign_web.jpgC’est malheureusement la pénurie budgétaire qui rend les Politiques vertueux. Face aux caisses vides de l’Etat et aux poches percées du Conseil Général, il va falloir innover pour sauver les écoles -l’âme- de nos villages.

 

Quand l’Etat fait fermer d’autorité les petites écoles au nom des économies d’échelle et que cela implique de faire parcourir un long trajet à l’enfant pour être instruit, on doit inventer, recopier, améliorer ce qui existe chez nos voisins depuis qu’eux aussi sont passés par l’épreuve de la mauvaise notation ou de la faillite.

 

J’ai pu assister au colloque organisé à l’Assemblée Nationale par la Fondation pour l’Ecole créée par Anne Coffinier. Charter schools, crédit d’impôt, chèque-éducation sont des réponses universelles, efficaces et non démago (comme celles que je lis dans la presse locale, venant de vos Elus qui ont créé le problème et veulent trouver la solution…) et rapides à mettre en place.

 

Je vous conseille de visiter www.fondationpourlecole.org, une solution d’écoles pour les enfants des territoires ruraux, les enfants précoces, handicapés, dyslexiques, et autres ‘dys’, les enfants qui veulent pratiquer un sport ou un art de façon importante… Une école à la carte, de parents responsables et motivés, d’éducateurs responsables et motivés.

 

Commenter cet article

Patrick AUBIN 12/04/2012 13:18


Evidemment pour le reste, je partage tout à fait les idées, j'évoquerai que cela va de pair avec l'autonomie de toutes les écoles à réaliser leur propre projet éducatif (ou pédagogique) et où les
enseignants sont recrutés (et donc peuvent être également lienciés) par le responsable de l'établissement (lui-même étant recruté et pouvant être licencié par les parents d'élèves). Les écoles
fonctionnent alors sous un statut d'entreprise d'utilité publique (pas de bénéfice à distribuer mais avec une obligation d'équilibrer les budgets - baisse des salaires si nécessaire).

Patrick AUBIN 12/04/2012 13:08


Juste pour dire que ce ne sont pas les caisses de l'Etat qui sont vides, mais que la spoliation des citoyens est si forte par l'Etat, que ce sont les poches des contribuables qui sont vides.


Car en effet, le budget de l'Etat n'a jamais été aussi élevé, son endettement également, et le déficit est là pour constater que l'Etat en veut toujours plus... nous voici revenu au temps de la
royauté...