Faisons connaissance

1998    Je m’engage derrière Charles Millon qui crée la Droite, puis la Droite Libérale-Chrétienne, DLC.

2002    Nous apportons notre soutien à Alain Madelin, président de Démocratie Libérale, DL, candidat à l’élection présidentielle. Je commence une campagne comme candidate DLC aux Législatives à Neuilly-Puteaux (92), mais je me retire. Puis je finis à Paris, dans la 15ème circo, comme suppléante de Pierre Gaboriau, adjoint au sénateur-Maire P.C.Taittinger. DLC et DL se retrouvent rattachées à l’UMP. Je suis élue déléguée UMP de la 15ème circo.

2003    Déçue de l’éviction des libéraux de la scène politique, je quitte l'UMP et monte le Club Courbet. Nous participons aux réunions des Clubs de l’Embarcadère de Millon et des Cercles Libéraux de Madelin.

Avant Facebook, nous créons sur internet l’Agenda Libéral et le Réseau Liberté. Nous tissons une toile riche et amicale entre les nombreuses associations libérales, dont l’ALEPS, le Cercle Frédéric Bastiat, Héritage et Progrès... Inculte, je me nourris de conférences libérales et fais la promotion des auteurs et évènements libéraux. Je découvre Bastiat, Salin, Delsol…

2004    Je participe à la campagne de l’élection législative partielle de Bernard Debré, au côté de Pierre Gaboriau, dans la 15ème circo.

Avec plusieurs associations, nous organisons un rassemblement contre l’entrée de la Turquie dans l’UE.

15 Juin 2005 : nous défilons lors de la grande manifestation rue de Rivoli « contre les grèves et pour les réformes », derrière Sabine Hérold, Edouard Fillias et Aurélien Véron, avec les associations Liberté Chérie et Contribuables Associés.

Le Club Courbet, aidé par les think tanks et les associations libéraux, organise des conférences* et 2 Salons du livre libéral, avec la présence d’ auteurs « libéraux ou critiques des mauvaises pratiques politiques françaises ».

2006    Je m’investis dans le parti Alternative Libérale, AL, fondé par Sabine Hérold, Edouard Fillias. et Aurélien Véron. et, avec Didier Salavert, cofondateur d’AL et du Club Concorde, nous assurons son lancement en province et notamment dans le Gers.

2007    Soutien libéral, par défaut, à Bayrou au 1er tour de l’élection présidentielle, refus de son Royal choix, donc retour vers Nicolas Sarkozy au 2nd tour, malgré la forte déception liée à son refus du libéralisme, alors que le socialiste Schroeder est en train de sauver son pays, l’Allemagne, par des réformes libérales.

2009    Après une présence comme candidate libérale ou/et divers-droite libérale à chacune des élections du Gers, législatives, cantonales, sénatoriales, européennes et un passage aux régionales sur la liste UMP du Gers, je réalise enfin un score honorable (18%) aux cantonales à Miélan.

2011    Alternative Libérale apporte son soutien à Hervé Morin et devient une association. Certains de ses adhérents rejoignent le Parti Libéral Démocrate, PLD, fondé par Aurélien Véron qui soutient Bayrou, puis se rattache à l’UDI de J.L. Borloo.

2012    Orpheline de candidat libéral à la présidentielle, je participe à la campagne gersoise pour N.Sarkozy et reçois l’investiture UMP pour les Législatives dans la 1ère circonscription du Gers, grâce à une UMP locale proche des Réformateurs libéraux et la plus ouverte de France aux …Libérales. Je fais 20%. Mon adversaire et maître du Gers est le député sortant PS, Philippe Martin, ancien Préfet, Président du Conseil Général. Partageant les idées de J.Bové et de Mme NKM, pour tout ce qui touche à l’idéologie verte-bobo, il est réélu au 1er tour.

J’ai soutenu la candidature de Philippe Herlin lors de l’élection pour la présidence de l’UMP en juillet dernier, mais il n’a pas obtenu ses parrainages. Aurai-je les miens ?

Je fais partie du club « Réforme et Modernité » d’Hervé Mariton, un « libéral-pragmatique » ainsi qu’il aime à se décrire. Comme lui, à mon niveau de mère de famille engagée en politique, je soutiens le collectif « la Manif pour Tous », contre le projet de loi Taubira. Libérale en économie, responsable sur tout ce qui touche à la dignité de l’Homme, voici comme je me décris, au lancement d’une candidature non prévue à la Primaire UMP des élections municipales 2014 à Paris.

A Paris, comme dans toute la France, je veux tâcher de remettre mieux et moins d’Etat, en candidate girondine, libérale-responsable et non bobo.

Je compte sur vous pour m’aider à récolter les parrainages nécessaires.